Alex Beaupain - Après moi le déluge

3164 caractères
Date de sortie : 
Apr 2013
Appréciation : 
3

Alex Beaupain, 4ème album. Il fut d'abord marqué par ses collaborations avec le ciné (BO très remarquée pour le film "Chansons d'amour" en 2007 ou "17 fois Cécile Cassard" en 2002). Ce diplômé de Science-Po a du mal à se définir comme chanteur, spontanément il est plus volontiers attiré par la littérature ou le cinéma.

Le monde tel que décrit par Alex est un peu noir, un peu cynique. On commence par les sentiments non partagés ("Je peux aimer pour deux") puis un sinistre "Après moi le déluge" [1] malgré une musique plus sautillante. Et ce n'est pas "Pacotille" en forme de règlement de comptes qui vous rendra la banane.

Beaupain semble désillusionné et revenu de tout à l'abord de la quarantaine ("En quarantaire") : tous les bonheurs juvéniles comme les engagements politiques ("Ca m'amuse plus"). Il nous dit sa déception sur son "drapeau rouge et rose porté haut" mais qui a subit "Les averses du mois de Mai / L'ont lavé puis délavé". Il semble revenu de son engagement lors de la précédente election présidentielle pour lequel "Au départ" été devenu la musique d'ouverture des meetings. Même un titre comme "Baiser tout le temps" qui pourrait être une promesse d'un titre énergique et joyeux glissera du coté obscur.

A noter un très joli "Grands soirs" [2], en air de générique de fin.

En fait, avant même l'écoute, on aurait pu tout savoir du disque juste en regardant la pochette : un ciel dégagé sauf sur la tete d'Alex Beaupain sur laquelle lorgne un nuage menaçant. Vous l'aurez compris, si vous recherchez une galette qui vous repeigne le moral en jaune soleil, le choix n'est peut être pas le plus judicieux. Mais si on accepte ce coté sombre comme faisant partie intégrante du bonhomme et qu'on va au delà, on trouve chez cet auteur-compositeur-interprète plein de talent et d'originalité dans sa démarche et son parcours. Et des arrangements soignés, plein d'élégance.

Coté collaboration, écouter "Coule" [3] ne laisse pas beaucoup de doute sur l'auteur, Julien Clerc. Les sonorités sont typiques. C'est un juste retour des choses, Beaupain ayant participé au dernier album de Julien Clerc (Partout la musique vient) . A noter également une musique signée de La Grande Sophie sur "Contre le vent". Sûrement à cause de ca que la guitare a (enfin) remplacé le piano en tant que premier rôle sur ce titre, une des rares fois de l'album. Ca insuffle une bouffée d'air et d'énergie bienvenue au milieu de cet album.

 

Pistes : 
01 Je peux aimer pour deux                     04:29
02 Après moi le déluge                         03:19
03 Pacotille                                   03:42
04 Ca m'amuse plus                             04:34
05 Vite                                        03:40
06 Contre le vent                              03:18
07 En quarantaire                              02:56
08 Coule                                       03:02
09 Grands soirs                                05:05
10 Profondément superficiel                    03:24
11 Je suis un souvenir                         06:21
12 Baiser tout le temps                        03:02

                             Durée totale : 00:46:56